Le musée des impressionnismes Giverny vous propose d’assister à un festival de piano en plein air, dans la prairie du musée, du 2 au 4 juillet 2021 !

Vanessa Wagner, pianiste internationale, vous plongera dans la musique de Mendelssohn, Tchaïkovsky et Grieg.

Acheter un billet

Achat sur notre site internet (tarif majoré pour frais de gestion) ou aux caisses du musée dans la limite des places disponibles. Aucune réservation ne pourra être effectuée par téléphone.

Programme du récital

Mendelssohn – Romances sans Paroles
Opus 19 n2 en la mineur
Opus 67 n2 en fa # mineur
Opus 53 n3 en sol mineur
Opus 102 n3 “Tarentelle” en do majeur

Tchaïkovsky – Les saisons
Opus 37

Grieg – Pièces Lyriques
Opus 43/1 & 4
Opus 47 1, 3, 4 & 7
Opus 54 n3 et 4
Opus 57 n2
Opus 65 n 6
Opus 68 n2
Opus 71 n3

Le Festival de piano

Le musée des impressionnismes Giverny propose pour la première fois un festival de piano. La pianiste internationale Vanessa Wagner a fait l’honneur d’en être la marraine.

Doté d’une vaste programmation musicale, de l’électro à la musique baroque, de la musique de chambre au jazz, le musée a déjà invité à la fois les violoncellistes Gautier Capuçon ou Camille Thomas mais aussi l’Opéra de Rouen et Les Arts Florissants de William Christie.  

Le festival se tiendra en plein air, dans la prairie du musée* et dialoguera avec la beauté des jardins fleuris.

Parce que la musique est au cœur de la création et que notre musée reflète ces formes diverses, ce festival de piano permettra de découvrir en trois récitals l’univers de la fin du XIXe siècle et de la création contemporaine.

Vanessa Wagner, Wilhem Latchoumia et Célimène Daudet nous emmèneront dans un voyage musical unique, de Mendelssohn à Grieg, de Villa-Lobos à Debussy, de De Falla à la musique haïtienne.

*Si les conditions météorologiques l’exigent, le festival de piano se tiendra dans l’auditorium du musée.

Consulter tout le programme du festival

Qui est Vanessa Wagner ?

Décrite par le quotidien Le Monde comme “la pianiste la plus délicieusement singulière de sa génération”, Vanessa Wagner poursuit une carrière à son image, originale et engagée, mêlant les récitals classiques, la création contemporaine, la pratique des instruments anciens, la musique de chambre, ainsi que les rencontres transversales avec d’autres pratiques artistiques.

Ces dernières années, elle a initié des collaborations avec des artistes tels que les musiciens électroniques Murcof ou Molécule, le plasticien Quayola, le circassien Yoann Bourgeois ou le chanteur Arthur H, et a participé à plusieurs créations chorégraphiques signées par Emmanuelle Vo Dinh, Sylvain Groud, Petter Jacobson.

Très investie dans la musique de son temps, elle est dédicataire de plusieurs pièces de Pascal Dusapin, François Meimoun, François Sarhan et Alex Nante.

Réputée pour ses couleurs musicales, l’intensité de son jeu et la richesse de son toucher, ses interprétations sensibles et réfléchies, son vaste répertoire sans cesse renouvelé est le miroir d’une personnalité toujours en éveil, tissant patiemment des liens entre des univers trop souvent cloisonnés.

En 2016, elle a enregistré pour le label InFiné l’album très remarqué « Statea » (ffff Télérama) avec le producteur Murcof, associant piano et électronique autour de pièces minimalistes de Philip Glass à John Cage, qui a donné lieu à de nombreux concerts de par le monde.

Fruit de sa nouvelle collaboration avec le label La Dolce Volta, un album « Mozart, Clementi » sorti en 2017 réunissait sa pratique du piano-forte et du piano moderne. Celui-ci a d’ailleurs reçu les honneurs de toute la presse musicale, de Télérama au Monde, comme l’ensemble de sa large discographie qui a reçu de nombreuses récompenses et aborde le grand répertoire, depuis son premier disque Rachmaninov en 1996 (de Rameau, Haydn, Mozart, Schumann, Schubert, Brahms, Liszt Scriabin, Debussy, Ravel, à Berio, Meimoun, Dusapin).

Elle a sorti fin 2018 un nouvel opus qui mêle le Liszt méditatif des « Harmonies Poétiques et Religieuses » en écho à des oeuvres mystiques d’Arvo Pärt.

En avril 2019, elle consacre un enregistrement au courant minimaliste dans un disque intitulé « Inland » (Infiné). Ce disque comporte quelques pièces rares ou inédites d’un répertoire qu’elle affectionne particulièrement. Il a lui aussi été très remarqué, donnant lieu à de nombreux concerts.

Consacrée « Révélation soliste instrumental » aux Victoires de la Musique Classique en 1999, Vanessa Wagner s’est depuis produite à travers le monde entier, et sa carrière depuis 20 ans ne cesse de s’enrichir.

Elle est l’invitée de nombreux orchestres dirigés par Charles Dutoit, François-Xavier Roth, Jean-Claude Casadesus, Theodor Guschlbauer… et se produit régulièrement dans des salles comme la Philharmonie de Paris, le Grand Auditorium de Radio France, le Théâtre de Bouffes du Nord, le Théâtre des Champs Elysées, la Seine Musicale, le Grand Auditorium de Bordeaux, de Lyon, de Lille, le Grand Théâtre d’Aix en Provence, le Corum de Montpellier, l’Arsenal de Metz, le TAP, le Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, l’Oriental Art Centre de Shanghai, le Symphony Hall d’Osaka, la Cité de le Musique de Rio, l’Académie Santa Cecilia de Rome…

Vanessa Wagner est également à l’affiche des grands festivals comme la Roque d’Anthéron, Piano aux Jacobins, le Festival International d’Aix-en Provence, les Folles Journées, le Piano Lille Festival… Elle est une chambriste recherchée et partage volontiers la scène avec ses amis musiciens, en particulier le violoniste Augustin Dumay avec lequel elle joue depuis plus de dix ans.

Vanessa Wagner est directrice artistique du Festival de Chambord depuis 2010 où elle élabore une programmation ambitieuse et éclectique.

Elle a été nommée en 2020 Chevalier de la Légion d’Honneur.

© Photo Caroline Doutre

Cela peut aussi vous intéresser