2020

Nouvelles œuvres en 2020

En 2020, l’art contemporain investit le jardin grâce à une œuvre de Giuseppe Penone. Eugène Boudin, James Tissot, Auguste Renoir, William S. Horton, Ker-Xavier Roussel et Édouard Vuillard font leur entrée dans la collection.

Ker-Xavier Roussel (1867-1944), Femme en rouge dans un paysage, 1898

Un album non fini

En 1898, le marchand Amboise Vollard commande à Ker-Xavier Roussel un album personnel de douze lithographies en couleurs, sobrement intitulé Paysages. Mais l’échec commercial de la publication des albums commandés à d’autres peintres nabis – Maurice Denis, Édouard Vuillard et Pierre Bonnard – en compromet l’achèvement, et seules sept planches sont imprimées.

Ker-Xavier Roussel (1867-1944), Femme en rouge dans un paysage,
  • Ker-Xavier Roussel (1867-1944)
  • Femme en rouge dans un paysage, 1898.
  • Estampe, Estampe originale
    Lithographie en cinq couleurs (tirée à 100 exemplaires)
    Issue de l’album Vollard, Paysages édité par Clot, 23,5 x 35 cm

Une estampe qui vient compléter la collection

La série reflète le goût du peintre pour la représentation de la nature. Traités comme des pastels, ces paysages présentent des scènes bucoliques et intemporelles, où nymphes et baigneuses font corps avec la végétation qui les entoure. Le musée des impressionnismes Giverny avait déjà acquis un ensemble d’estampes de Roussel, parmi lesquelles deux de l’album Paysages, tirées à 100 exemplaires. Femme en robe rouge dans un paysage vient ainsi enrichir cette collection.

Édouard Vuillard (1868-1940), La Naissance d’Annette, vers 1899

Edouard Vuillard, peintre et lithographe nabi

Édouard Vuillard représente dans cette lithographie la naissance de sa nièce Annette, premier enfant du couple formé par sa sœur Marie et par son meilleur ami, le peintre nabi Ker-Xavier Roussel. Initialement prévue pour un album d’estampes commandé par le marchand Amboise Vollard, l’œuvre finale a fait l’objet d’un tirage à une centaine d’exemplaires, et n’a pas été mise en vente.

Edouard VUILLARD, La Naissance d'Annette
  • Edouard VUILLARD
  • La Naissance d’Annette, vers 1899.
  • Estampe, Estampe originale
    Lithographie (2ème état)

Un exemplaire rare

La version acquise par le musée des impressionnismes Giverny correspond au 2e état de cette planche, tirée en six tons, et dont les exemplaires sont rares. Elle témoigne de la maîtrise de l’artiste dans la pratique de l’estampe. Laissés en réserve, les deux personnages centraux contrastent avec les motifs fleuris et colorés du papier peint, du paravent et du linge de lit. La tendresse de cette maternité prend ainsi place dans un intérieur étouffant et décoratif, dont Vuillard s’est fait une spécialité.

Alexandre Charpentier (1856-1909), Maximilien Luce au chevalet, 1891

Alexandre Charpentier, sculpteur et médailleur

Alexandre Charpentier se lie d’amitié avec les peintres néo-impressionnistes Paul Signac et Maximilien Luce, avec qui il expose au Salon des XX, à Bruxelles, en 1890. L’année suivante, il réalise ce portrait en bas-relief de Luce, vu de profil, sa palette de peintre à la main.

Alexandre CHARPENTIER, Maximilien Luce au chevalet
  • Alexandre CHARPENTIER
  • Maximilien Luce au chevalet, 1891.
  • Bronze patiné, 26 x 20 x 1,5 cm

Un sculpteur avec une main de peintre

Ce visage, également immortalisé dans des dessins de Signac et d’Henri-Edmond Cross, est parfaitement rendu par Charpentier, qui s’attache à en traduire les différentes textures, le modelé, ainsi que le mouvement précis de la main du peintre. Le musée des impressionnismes Giverny avait consacré à Luce une rétrospective en 2010, et conserve en ses collections neuf toiles de l’artiste. Grâce à la générosité du centre E. Leclerc Vernon, le musée a pu acquérir en 2020 ce bas-relief, qui vient compléter et enrichir ce fonds, tout en témoignant d’une ouverture de la collection sur l’art de la sculpture.

Auguste Renoir (1841-1919), Enfants jouant à la balle, 1900

Auguste Renoir, peintre et lithographe

Le motif principal de cette lithographie – deux jeunes filles se baissant pour attraper une balle – n’est pas nouveau pour Auguste Renoir, qui avait déjà consacré un tableau à ce thème en 1892. Cette estampe a été commandée à l’artiste par le marchand Amboise Vollard. L’épreuve d’essai, non signée, a été tirée en quelques exemplaires en noir et blanc.

  • Auguste RENOIR (Pierre-Auguste RENOIR, dit)
  • Enfants jouant à la balle, 1900.
  • Estampe, Estampe originale
    Lithographie
    Épreuve d’essai en noir et blanc sur papier vergé filigrané « MBM » 54 x 53 cm

Henri-Marie Petiet, dit le « Baron Petiet », marchand d’art reconnu

L’œuvre donnée au musée des impressionnismes Giverny provient du prestigieux fonds Henri-Marie Petiet, et compte parmi ce premier ensemble d’épreuves. La lithographie fut ensuite tirée en dix couleurs, à 200 exemplaires. Cette scène vivante et joyeuse témoigne du talent inné de Renoir dans l’art de l’estampe, et vient enrichir les collections du musée d’une œuvre du maître impressionniste. Elle a été présentée au sein de l’exposition Côté jardin. De Monet à Bonnard (2019), où elle illustrait l’intérêt des peintres de l’époque pour la représentation des jeux et de l’univers de l’enfance.

James Tissot (1836-1902), Sur l’herbe, 1880

James Tissot, un peintre graveur

Installé à Londres de 1871 à 1882, James Tissot pratique aussi bien la peinture que la gravure. Vers 1876, il fait la rencontre de Kathleen Newton, belle Irlandaise divorcée, qui deviendra sa compagne et sa muse, servant de modèle à nombre de ses œuvres. Pour elle, Tissot crée un monde clos et rassurant, inspiré du parc Monceau à Paris, dont il fait copier la colonnade. Kathleen est souvent représentée allongée, endormie, rêveuse ou jouant avec ses enfants, Violet et Cecil George, ou leurs cousins.

James TISSOT, Sur l'herbe
  • James TISSOT
  • Sur l’herbe, 1880.
  • Estampe, Estampe originale
    Eau-forte et pointe sèche, épreuve sur papier vergé ivoire (2ème état) 19,6 x 26,8 cm

Une attention au détail de la lumière

L’usage de la pointe sèche rehausse ici les effets de lumière pour donner l’image sensible d’une scène d’intimité familiale au jardin. Temps suspendu et moment de bonheur, cette gravure témoigne de la virtuosité technique de Tissot, qui renouvelle son style au contact de sa muse. Elle fut donnée au musée des impressionnismes Giverny en 2020, et fut présentée dans l’exposition Côté jardin. De Monet à Bonnard (2021).

William Samuel Horton (1865-1936), New York, La Ritz Tower, vers 1928, et deux carnets de croquis

Un peintre impressionniste américain

En 2020, deux toiles du peintre impressionniste américain William S. Horton ont été déposées au musée des impressionnismes Giverny, et deux carnets de croquis de l’artiste ont été généreusement donnés à l’institution. Au fil des pages, les dessins, encres et aquarelles témoignent des voyages du peintre, qui traverse l’Europe au début du XXe siècle après des années d’étude à l’académie Julian, à Paris.

William Samuel HORTON, New York, La Ritz Tower
  • William Samuel HORTON
  • New York, La Ritz Tower, vers 1928.
  • Huile sur toile 83,5 x 61,2 cm

Des liens entre la France et les Etats-Unis

De 1924 à 1930, Horton travaille régulièrement à New York et expose dans des galeries internationales. Les deux toiles représentant la Ritz Tower s’inscrivent dans une démarche impressionniste, et cherchent à capturer les variations de la couleur et de la lumière à différents moments de la journée. Cet ensemble d’œuvres vient enrichir le fonds du musée, et contribue à souligner les liens unissant la France et les États-Unis, autour de l’impressionnisme.

William Samuel HORTON, New York, La Ritz Tower
  • William Samuel HORTON, New York
  • William Samuel HORTON, New York, La Ritz Tower, vers 1928.
  • Huile sur toile, 86,5 x 61,4 cm

Dominique Denis (1909-1997), Portrait de Claude Monet, 16 novembre 1924

Dominique Denis, fils de Maurice Denis

Né en 1909, Dominique Denis est le fils du peintre nabi Maurice Denis. Le 16 novembre 1924, il accompagne son père à Giverny, à l’occasion d’une visite faite à Claude Monet. Maurice Denis travaille à cette époque à la décoration de la coupole de l’escalier Dutuit du Petit Palais, à Paris, dans laquelle il fera figurer Monet parmi les grands noms de l’impressionnisme.

Dominique DENIS, Portrait de Claude Monet
  • Dominique DENIS
  • Portrait de Claude Monet, 16 novembre 1924.
  • Graphite sur papier 20,2 x 12,2 cm (page de carnet de croquis)

Un croquis unique du maître de l’impressionnisme

Les visites faites au peintre lui permettent de réaliser des croquis dessinés, d’après nature, qui fixent le souvenir du portrait du grand maître, alors âgé de 84 ans. En 2012, Claire Denis, descendante de l’artiste, avait fait don au musée des impressionnismes Giverny de l’un de ces dessins de Maurice Denis, représentant Claude Monet. En 2020, un nouveau don généreux permet de faire découvrir le regard du fils sur ce même modèle : la vue de profil et le dessin agile divergent du portrait sérieux, au regard pénétrant, capturé par Maurice Denis à cette même occasion.

Eugène Boudin (Honfleur, 1824-Deauville, 1898)
Deauville, le bassin, 1884

Eugène Boudin, peintre de plein air

Peintre de marines et des « ciels », Eugène Boudin incarne à lui seul un site : la Normandie balnéaire, autour de Deauville et de Trouville. Inlassable observateur de la vie de plage de la fin du XIXe siècle, il représente la peinture de plein air. Proche de Claude Monet, à qui il préconisera d’étudier sur le motif, Boudin traduit dans ses œuvres l’animation qui agite les petits ports de la côte. Il s’attache à noter les variations atmosphériques, les déclinaisons de la lumière selon les saisons, mais aussi les sorties de voiliers en mer et la vie mondaine sur la plage où se donne rendez-vous l’élite qui vient se reposer et jouir des bains de mer.

Eugène Boudin, Deauville, le bassin
  • Eugène Boudin (1824-1898)
  • Deauville, le bassin, 1884.
  • Huile sur panneau, 46,5 x 38 cm. Giverny, musée des impressionnismes, acquis grâce à la générosité du Cercle des Mécènes du musée des impressionnismes Giverny, de la Caisse d’Épargne Normandie, et de Quadra Consultants, 2020, MDIG 2020.1.1

La représentation de Deauville

Cette œuvre, acquise par le musée des impressionnismes Giverny en 2020,appartient à une série que Boudin réalise dans les années 1880 autour des bassins de Deauville, de Fécamp, de Honfleur ou de Trouville. Le peintre joue ici sur le contraste entre le mât imposant du voilier au port et l’immensité du ciel. Extraordinaire, une trouée lumineuse à gauche éclaire toute la scène qui reprend vie à coups de rapides touches de pinceaux.

Jean Francis Auburtin (1866-1930)
Les Falaises de Dieppe, s.d.

Jean Francis Auburtin, un paysagiste influencé par Claude Monet

Le musée des impressionnismes Giverny a acquis en 2020 trois œuvres de Jean Francis Auburtin. Ces gouaches et pastels représentent des vues souvent peintes par l’artiste dans les années 1890. Partant sur les traces de Claude Monet, Auburtin s’est inspiré des sites majestueux de Varengeville et Dieppe pour en saisir l’intemporalité. Brillant décorateur, il fut aussi un paysagiste sensible à l’immensité. Ses paysages confrontent souvent la mer et les falaises, où la fragilité humaine n’en est que plus visible.

Jean Francis Auburtin, Les Falaises de Dieppe
  • Jean Francis Auburtin (1866-1930)
  • Les Falaises de Dieppe, s.d..
  • Gouache et pastel sur papier. 25 x 71,5 cm. Giverny, musée des impressionnismes, achat, 2020, MDIG 2020.4.3

Enrichissement de la collection du musée

Ces trois œuvres viennent compléter les deux autres peintures de l’artiste, généreusement données en 2019 au musée des impressionnismes Giverny par les descendants du peintre. Elles étoffent le fonds du musée, développent un cabinet d’arts graphiques et renforcent l’ensemble des œuvres d’Auburtin, auquel le musée a consacré une exposition, « Monet – Auburtin. Une rencontre artistique », en 2019.

Ker-Xavier Roussel
(Lorry-lès-Metz, 1867-L’Étang-la-Ville, 1944)
Satyre debout et nymphe étendue au bord d’une rivière (détail), vers 1914 ?

Un ensemble de 10 lithographies acquis aux enchères

Durant l’été 2020, le musée des impressionnismes Giverny a acquis aux enchères un ensemble significatif d’estampes de Ker-Xavier Roussel. Ce groupe permet de représenter les différentes étapes de la carrière de ce peintre, graveur, décorateur et illustrateur, beau-frère- d’Édouard Vuillard. Depuis sa période « nabi » jusqu’à sa maturité, ces gravures témoignent du goût de Roussel pour les sujets mythologiques et les jardins.

Ker-Xavier Roussel, Satyre debout et nymphe étendue au bord d’une rivière
  • Ker-Xavier Roussel (1867-1944)
  • Satyre debout et nymphe étendue au bord d’une rivière (détail), vers 1914 ?.
  • Eau-forte tirée en sanguine sur vergé, 14,5 x 18,5 cm. Giverny, musée des impressionnismes Giverny, achat, 2020, MDIG 2020.5.10

Une exposition consacrée à Ker-Xavier Roussel

Issues pour les plus spectaculaires d’entre elles des Éditions Ambroise Vollard (1898), elles rappellent l’influence de Maurice Denis, Édouard Vuillard et Pierre Bonnard sur Roussel. Son art délicat fut célébré au musée des impressionnismes Giverny par une exposition majeure, « Ker-Xavier Roussel. Jardin privé, jardin rêvé » (2019). Certaines de ces lithographies ont été présentées dans les galeries du musée, à l’occasion de l’exposition « Côté jardin. De Monet à Bonnard » (2021).

Giuseppe Penone (né en 1947, Garessio, Italie)
Fils d’eau (détail), 1998

Un dialogue entre l’art contemporain et le jardin du musée

Grâce au dépôt généreux de la collection Claudine et Jean-Marc Salomon, une œuvre importante de Giuseppe Penone vient enrichir la collection du musée des impressionnismes Giverny. Placée à l’entrée de l’établissement, en face d’un poirier centenaire, Fils d’eau permet d’évoquer un nouveau dialogue entre l’art contemporain et le jardin du musée par une représentation majeure de cet artiste italien, qui questionne le rapport de l’homme avec son environnement. Il sculpte la matière vivante, notamment les troncs d’arbres, et les associe à des moulages de bronze où l’art se confond avec la vie. 

Giuseppe Penone, Fils d’eau
  • Giuseppe Penone (né en 1947)
  • Fils d’eau (détail), 1998.
  • Bronze, 410 x 320 x 350 cm. Collection Claudine et Jean-Marc Salomon, France, en dépôt au musée des impressionnismes Giverny, 2020, MDIG D 2020.3.1

Un art associant matière vivante et bronze

Fils d’eau se lit ainsi comme une allégorie du cycle de la nature, notamment par le goutte à goutte de l’eau qui s’écoule de la branche, et tisse un lien avec un chêne vivant qui vient s’enrouler sur l’écorce creuse du bronze. Avec cette sculpture majestueuse, le musée poursuit son invitation à des artistes contemporains et interroge le public sur le processus créateur.