Pierre Bonnard (1867-1947)
La Seine à Vernon, 1915
Huile sur toile, 80 x 68 cm. Giverny, musée des impressionnismes, acquis grâce à une souscription publique et l’aide du Cercle des mécènes du musée des impressionnismes Giverny, de la Société des amis du musée et de nombreux donateurs individuels en 2019. Inv. : MDIG 2019.3

Pierre Bonnard, La Seine à Vernon

Un Nabi à Vernon

Pierre Bonnard appartient au groupe des Nabis, les
« prophètes » en hébreu. Adeptes du cerne et de l’aplat, ils se distinguent par une peinture vive, qui joue sur les cadrages étonnants, les ombres portées, et les sujets modernes et intimes. 

En 1912, Bonnard acquiert une maison à Vernon, « La Roulotte », où il va séjourner jusqu’en 1938, avant de s’installer dans le Midi, au Cannet. Ce sera l’occasion pour lui de multiplier les vues de la Seine.

L’exubérance de la nature et des couleurs

La Seine à Vernon illustre le goût de Bonnard pour une composition foisonnantes de couleurs, où la nature exubérante du jardin est mise en valeur. Le large point de vue, qui laisse deviner les courbes du fleuve en arrière-plan, permet à Bonnard de déployer son talent de coloriste : les couleurs oranges et vertes dialoguent avec le rose du ciel, donnant un aspect apaisant à cette vue crépusculaire. 

Pendant ses années vernonnaises, Bonnard fréquente assidûment Claude Monet. La touche du maître impressionniste et le soin qu’il apporte à ses œuvres de plein air l’inspirent considérablement.

Pour en savoir plus :

Découvrez la vie de Pierre Bonnard.